Analyse: Si les Hutus et les Nandes ne s’adulaient pas!

0
903
views

Si ces deux grands peuples, pour leur histoire de gloire et indéniable pouvoir démographiquement prouvé ne s’adulaient pas, le Nord-Kivu resplendirait à la face du monde et ferait retentir journellement les cris de nouvels espoirs pour le Congo, l’Afrique et le monde entier.

Si le peuple Nande, reconnu pour son endurence, son amour du travail et son colbertisme travaillait pour l’intérêt général de sa province;

Si le peuple Hutu, reconnu comme agriculteur, reconnu pour son intellectualisme et son exstrophie mettait ses compétences au service de tout le monde, le Nord-Kivu serait à l’abri de l’insécurité, de la tragédie et des drames que l’hypocrisie a pu y asseoir; alors, les autres peuples vivant au Nord-Kivu hériteraient l’histoire d’une réelle cohabitation et le monde s’accorderait d’y installer la capitale de l’unité dans la divergence culturelle;

Si ces deux grands peuples communiquaient sans aigreur, les autres peuples vivant au Nord-Kivu, reconnus pour leur docilité serviraient d’appui dans la prévention contre les bourdes et bévues, grâce à l’approche participative qui alors permettrait à tous de se porter garant du bien être de tous;

Si l’accession au pouvoir de l’un de ces grands peuples , peu compte le niveau, reconstruisait les murs brisés de la gestion handicapée de l’autre, les candidats Députés et Députés, les Candidats Gouverneurs et Gouverneurs ne seraient pas désignés sur base d’un conservateurisme amateuriste avéré, ancré dans les traditions et pratiques ancestrales;

Si ces deux grands peuples ne se voilaient pas la face, ils renveraient partout au monde l’image d’un couple tendrement et éperdument amoureux dont les enfants ( les autres ethnies ) seraient le reflet conforme de la marque imprimée d’une affection héritée;

Si ces deux grands peuples ne communiaient pas au caractère égocentrique dans les ludes d’intérêts, les autres peuples s’adonneraient à la gestion participative et rotative de la province et se sentiraient protégés comme du cristal par la fraternité de consanguinité pour inover;

Si en moment de crise au Nord-Kivu, ces deux grands peuples conjugaient au même temps et mode les verbes rogatoires, les efforts consensuels orseraient aux engagements irréversibles des uns au regard des autres;

Si ces deux grands peuples ne se prévalaient pas, l’un fort que l’autre, les efforts déployés de leurs actions communes feraient exister des oasis dans le monde marécageux;

Si le mariage entre ces deux peuples n’était pas considéré comme une entorse et un entachement aux us et coutûmes, l’on assisterait à l’union aisée entre KAMBALE et NYIRAHABINEZA, ce qui permettrait d’envisager sans détour le mariage entre SEMUTAMA et BAUMA, entre KAVIRA et TSHIMANGA, etc, ce qui donnerait lieu à une émergence sporadique, voire inconsciente dans tous les secteurs;

Si les mérites des uns provoquaient de l’émulation dans les actions des autres, le Nord-Kivu connaîtrait des innovations à même de garantir sa survie, ce qui permettrait d’azimuter son devenir avec espoir et renforcer la lueur de son crépuscule;

Alors, ceux qui naîtront au Nord-Kivu et des parents du milieu, répandront avec assurance les acquis de la cohabitation, ceux qui y séjourneront reécriront des pages blanches, aujourd’hui, foncées d’une histoire funeste, ceux qui liront les nouveaux livres d’or inspirés d’intentions bienveillantes modifieront leur perception d’un endroit autrefois invivable, d’alors vivable, ceux qui seront sujets de xénophobie choisiront pour lieu d’exil le Nord-Kivu pour le nouvel air qui y soufflera et ainsi l’autre sera le miroir de son image et l’instrument de sa reproduction fidèle.

SI LES HUTUS ET LES NANDES NE S’ADULAIENT PAS!

Au Nord-Kivu comme ailleurs, l’unité dans la divergence fera voir de nouveaux jours peints d’espoir pour tous, et ainsi, des conflits d’aujourd’hui naîtra la paix de demain.

Comme il est dûr de batir que de détruire, les efforts déjà engagés dans la cohabitation doivent être renforcés que d’être découragés.

-Par Daniel MPEZAMIHIGO.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here