Opinion: « Ô konect veut réduire le déficit d’accès à Internet à Goma » Justin Ntagengwa

0
581
views

Seulement moins de 10% des 80 millions des Congolais sont connectés à Internet. Pourtant le numérique ne laisse plus aucun secteur, ou presque, aujourd’hui. Il invite aux changements, y compris à réinventer l’entrepreneuriat dans l’espoir de réduire le chômage et la pauvreté. Offrir ainsi l’occasion de se connecter reste ainsi une action d’espoir. Et c’est ce que promet de faire la start-up de Goma, Ô Konect !

Pendant que les jeunes étudiants congolais traversent la frontière, au Rwanda, pour avoir Internet, Justin Ntagengwa propose Ô Konect. Une start-up censée fournir une connexion Internet illimitée et haut débit. Ce jeune entrepreneur congolais et autodidacte en réseaux et télécommunications relève le défi. Il veut qu’internet ne soit plus un luxe au pays de Lumumba.
Est-ce possible d’entreprendre en fournissant la connexion internet en ville de Goma pendant qu’elle s’offre presque gratuitement à Gisenyi, dans pays voisin?

L’Internet vaut de luxe à Goma?

C’est après avoir constaté que la connectivité à internet en ville touristique est en basse, faute, la population n’a pas assez de moyens ; et une partie qui en a est victime d’une mauvaise et coûteuse connexion que fournit les maisons de télécommunications que je me réserve de citer. Que ce jeune d’une vingtaine a trouvé raison de lancer sa start-up ô Konect. « Avons pensé relevé ce défi avec ô Konect, lui qui dédie la connexion à ses clients depuis le serveur avec une bande passante voulue et à moindre coût. Nous offrons internet aux particuliers, donc aux domiciliers, aux entreprises et aux organisations,… Nous pouvons estimer notre clientèle à un chiffre de plus de deux mille abonnées seulement à une année d’existence », nous a confié ce jeune entrepreneur Justin.

Cette entreprise basée à Goma avec un personnel de dix-huit jeunes, a aussi un cyber Bar-restaurant dénommé « ô Kafe », un lieu de travail où la connexion internet se donne gratuitement « mais ça n’exclut pas de se rapprocher du restaurant ! », soupire Justin.

Hier autodidacte technicien, aujourd’hui chef d’entreprise

Le plus grand avantage avec l’entrepreneuriat est que même sans ou avec un diplôme dans tel ou tel autre domaine on peut se lancer et commencer son initiative.
« Je suis autodidacte dans les réseaux. Je m’étais fait refuser dans une école technique de Goma seulement parce que je n’avais pas des bonnes côtes au degré élémentaire. La technique me passionne depuis mon jeune âge. A mes 17 ans, je faisais déjà le bricolage comme mon père est un technicien de profession. Je réparais de TV, radios, montres,… Et après, je me suis retrouvé en train de réparer des ordinateurs. Toujours dans l’autodidaxie », nous partage-t-il

D’ajouter qu’il vise la perfection et compte s’inscrire parmi les grands hommes qui ont contribué à l’émergence de l’Afrique à travers le numérique.
Passion, vision et ambition sont celles qui importent plus. Je l’ai compris avec l’expérience de Justin NTAGENGWA.
Le courage vaut plus que de milliers de diplômes et connaissances en dormis.

-Par Lebon Kasamira

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here