RDC-Covid-19 : Entre sa communication et le virus, de quoi les congolais devront avoir peur !

1
541
views

 Ce vendredi 27 mars, le gouverneur Carly Nzanzu Kasivita a démenti l’information annoncée la veille par le comité en charge de la riposte à la pandémie du corona virus selon laquelle la province du Nord-Kivu a enregistré son premier cas sans avoir les précisions sur la localisation. Un nième bouleversement dans la communication pour les autorités congolaises qui devra, si la situation perdure, être le plus grand obstacle dans la riposte au sein de la population plus que le virus lui-même.

Dans la soirée du jeudi 26 Mars, le très respectueux Prof. Muyembe Ntamfum, secrétaire technique du comité multisectoriel de la riposte à la pandémie au Covi-19, a indiqué que les enquêtes étaient en cours pour identifier l’entité d’origine du premier cas confirmé au Nord-Kivu. Apres la non reconnaissance de Carly Nzazu Kasivita d’un cas dans sa province, Muyembe est revenu sur ses déclarations et a évoqué une confusion : « On a reçu des échantillons avec le nom du Nord-Kivu alors que ceux-ci provenaient de l’Ituri » a-t-il dit à nos confrères d’Actualite.cd
Un paradoxe en communication qui laisse planer le doute de plus d’un dans la capacité des autorités congolaises à éradiquer cette maladie qui a déjà fait 5 décès sur les 54 cas positifs selon le ministère de la santé.

« La communication sur le Covid-19 s’avère bien pire que le Covid-19 lui-même »

Dans la foulée, après l’annonce du gouverneur nord-kivucien, les critiques, les remarques et suggestions se sont suivies sur la toile jusqu’à remettre en doute la crédibilité de la communication du Dr Muyembe. « Le vieux Jean-jacques Muyembe Tamfum pour qui j’ai beaucoup de respect et dont j’admire le travail titanesque qu’il abat est âgé de 78 … les personnes de son âge se reposent tranquillement car affaiblies pour la plupart, par le poids de l’âge pendant que c’est sur lui que tous les congolais braquent leurs regards pour mettre fin à toute une pandémie qui endeuille des familles matin, midi et soir.
Ce qu’il réalise est énorme mais à mon avis, il ferait mieux s’il aurait ses nerfs de jeunesse aussi s’il était entouré des véritables spécialistes en la matière comme lui », a suggéré Richard Muhima, étudiant finaliste communication à l’université de Goma. Cette situation intervient après celle du ministère de la santé sur le premier cas signalé le 10 Mars dernier (confusion sur l’identité) et du gouverneur du Haut-Katanga, qui avait, à son tour, précisé deux cas dans sa province avant que l’INRB démente l’information le lendemain.
Localement le doute et la panique se remarquent au sein de la population, celle-ci devra penser que, comme a souligné Ruth Alonga, étudiante aussi, « la communication sur le Covid-19 s’avère bien pire que le covid-19 lui-même ».

La communication est un couteau à double tranchant

Qui doit communiquer en RDC pendant cette période trouble et quelle stratégie de communication adopter pour ne plus tomber dans ce genre de bévue et amateurisme ? ils ont donné des réponses : « ca fait la honte une source officielle qui communique sans précision… quel amateurisme la communication est un couteau à double tranchant… soit elle plonge dans la négligence… prenez votre temps » a martelé Laetitia Ndeke, assistante en Sciences de l’information et de la communication à l’université catholique la Sapientia/Goma.
Quant à Richard, il a un message fort au président de la république : « Cher président Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo, depuis l’avènement de ce virus sur notre sol, la communication a déjà montré ses limites au grand désarroi de nous tous pour des raisons que j’ignore. Autant que vous le faites dans d’autres secteurs, donnez du boulot aussi au très grand compètent prof Georges-Jérémie Wawa et à d’autres chevronnés professeurs qui ont déjà fait leur preuve dans le domaine de l’information et de la communication. Ils sont nombreux au pays ! Il est grand temps de faire table rase ».

Malgré ces incohérences communicationnelles, la population de Goma en particulier et celle de la RDC en général devra continuer à suivre les règles d’hygiène comme souligné par Kasivita en conclusion de son speech : « c’est de l’Ituri qu’est venu Ebola qui nous a causé beaucoup des difficultés. Et donc, le Nord-Kivu n’est pas épargné… j’invite donc les habitants du Nord-Kivu à la vigilance et à continuer à observer les règles d’hygiène édictées par le chef de l’état ».

– Par David Kasi

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here