Goma : Le personnel de la Monusco au chevet des femmes enceintes et handicapés victimes de l’éruption du Nyiragongo

0
110
views

Délogées par l’éruption du Volcan Nyiragongo du 22 mai 2021, des centaines de ménages vivent encore dans différents sites des sinistres en ville de Goma. Pour subvenir à leurs besoins élémentaires, le personnel de la Mission de l’Organisation des Nations Unies au Congo ( MONUSCO), réuni en association est partie en aide aux femmes enceintes et personnes vivants avec handicap.

Cette bonne action s’est passée, deux jours durant, soit le 29 juin ainsi que le 1er juillet 2021, dans la salle Cap Tuneko de Goma. Ici, ces sinistrés, estimés à plus de 300 ( handicapés et femmes enceintes confondus ) ont d’abord reçu des masques de protection contre le Corona Virus. Les femmes enceintes ont ensuite été sensibilisées sur comment protéger leurs grossesses en ce moment difficile passé dans des camps. Enfin, ils ont personnellement reçu un kit de survie composé d’un sac de la semoule (farine de maïs moulu), du riz, de haricot, du sel, de l’huile, d’un matelas et des draps de lit.

« Le personnel de la MONUSCO vient de faire un don symbolique pour exprimer sa compassion vis-à-vis des populations victimes de la dernière catastrophe naturelle. Ce don est composé d’un Kit pour subvenir à leurs besoins basiques. C’est un élan de solidarité qui entre dans le cadre de l’objectif premier de la MONUSCO ; celui de soutenir les populations congolaises. ‘’ a déclaré Saad Adoum, chef de cabinet du représentant spécial adjoint du chef de bureau de la Monusco.

D’énormes défis perdurent

Loin de leurs habitations consumées par les laves volcaniques en furie, ces déplacés vivent dans des salles des classes. Tout en remerciant cet acte généreux. Ils demandent assistance.

L’une des sinistrés, Annuarite Nguba déplore qu’elles vivent dans des conditions hygiéniques précaires. ’’Nous avons des problèmes de toilettes et utilisons un seul seau pour nous laver et même quand nous partons faire les CPN, nous ne sommes pas bien traitées puisque nous n’avons pas assez de moyens ’’ raconte, la mort dans l’âme, cette dame qui est à sa septième grossesse.

Aux dires de Dr Furaha Mushagalusa, médecin à l’hôpital provincial du Nord Kivu, durant cette période, ces femmes doivent toujours suivre le calendrier vaccinal et respecter les règles hygiénique pour la protection aux infections auxquelles elles peuvent être victimes. ‘’ Bien que sinistrées, elles doivent continuer avec le suivi dans des centres hospitaliers le plus proches pour la consultation prénatale ’’ a déclaré ce médecin.

Pour sa part, Senene Paluku, Handicapé de son état, indique que la vie du camps n’est pas facile. «  Nous mangeons et dormons dans des conditions précaires. Grâce à mon travail de cordonnier, j’arrive quand même a trouvé quelque chose, pour nourrir mes 7 enfants ainsi que ma femme. J’invite le gouvernement à honorer sa promesse de nous déplacer à un lieu déterminé pour y construire des logis car il ne fait pas beau vivre ici » indique-t-il

Signalons que l’action  » Main dans sur le cœur » a été menée en collaboration avec la plateforme SOS Goma, un consortium d’organisations locales qui mènent des actions en faveur des victimes de l’éruption du Nyiragongo. Jean Marie Mushunganya du centre Uhuru Knowlege de cette plate forme invite ainsi d’autres personnes de bonne volonté à apporter quelque assistance à ces sinistrés qui vivent dans des sites tels que Kanyaruchinya, Bujovu et l’école primaire Kahembe. Main dans la main, contribuons à la résilience de nos compatriotes.

Albert Sivamwanza ISSE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here