Santé : qu’est-ce le virus de Marburg, l’apparente de la maladie à virus Ebola ?

0
356
views

Pour la première fois, un cas lié au virus de Marburg a été détecté en Afrique de l’ouest, en Guinée le lundi 9 Août a annoncé l’organisation mondiale de la santé dans un communiqué. Cette maladie, jugée très dangereuse et provoquant une fièvre hémorragique, est apparentée à Ebola mais quoi doit on retenir de Marburg ?

 » La maladie à virus de Marburg, qui appartient à la même famille que le virus responsable de la maladie à virus Ebola, a été détectée moins de deux mois après que la Guinée a déclaré la fin de l’épidémie d’Ebola qui avait éclaté au début de l’année «  a précisé le bureau africain de l’OMS dans les propos relayés par le journal français le Monde.

L’organisation onusienne précise que c’est cas a été détecté dans la préfecture de Guéckédou, dans le sud de la Guinée dans un village forestier proche des frontières avec la Sierra Leone et le Libéria. Ce premier cas est un homme mort le 2 Août et dont les symptômes remontent au 25 juillet.

Après testé sur le corps de la victime, les échantillons prélevés se sont relevés positif au virus de Marburg. Selon le journal français, trois membres de la famille du patient qui est mort et un travailleur de la santé ont été considérés comme contacts étroits à haut risque. Leur santé est sous surveillance et les enquêtes sont en cours pour dénicher la source de l’infection et d’autres contacts du patient décédé pour ainsi mettre en œuvre  » un effort concerté pour prévenir la transmission et protéger les communautés « , comme l’a souligné, dans un tweet, Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS.

Chauve-souris comme agent vecteur de transmission

Comme Ebola, la maladie à virus de Marburg se transmet à l’homme par les chauves-souris frugivores et se propage, ensuite, dans l’espèce humaine par contact direct avec les fluides corporels des personnes infectées, ou avec les surfaces matériaux. Le virus se caractérise aussi par des graves hémorragies, une forte fièvre, des maux de tête, des vomissements et la diarrhée.

Si c’est la première fois que cette maladie se vit en Afrique de l’Ouest, elle a déjà fait ses preuves dans plusieurs pays du continent noir entre autres l’Afrique du Sud, l’Angola, le Kenya, l’Ouganda et même la RDC. La première grande épidémie en RDC de ce virus a fait 123 victimes entre 1998 et 2000.

Il n’existe jusqu’à présent pas de traitement spécifique pour ce virus. Une hospitalisation, suivie d’une réhydratation, d’un contrôle de l’oxygénation et de la pression artérielle du patient et d’un traitement des infections opportunistes peuvent contribuer à la guérison du malade.

La maladie a virus de Marburg est nommée ainsi en mémoire de la ville allemande où elle a été découverte en 1967. Elle appartient à la famille des Filoviridae. Cette famille de virus est responsable d’infections virales parmi les plus pathogènes chez l’Homme. Bien qu’assez proche du virus Ebola, elle est réputée moins létale que ce dernier. Elle représente néanmoins un danger biologique suffisamment élevé pour ne pouvoir être manipulé que dans un laboratoire P4. Les premiers foyers connus sont apparus en Afrique de l’Est, avant deux épidémies importantes en 2000 en République démocratique du Congo et en 2005 en Angola.

David Kasi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here