Nord-Kivu : L’ASBL  » Vive la Compassion  » au chevet des malades à l’hôpital Général de Goma.

0
219
views

Nul n’est si pauvre pour avoir rien à donner et nul si pauvre pour avoir rien à demander, dit-on. Ce dimanche 11 Septembre 2022, des jeunes de l’association Vive la Compassion, (du latin Cum Pati, souffrir avec), étaient au chevet des malades à l’hôpital Général (provincial) de Goma.

Deux heures durant, ils ont fait le tour dans plus de quatre salles communes pour compatir avec une soixantaine de malades nécessitant un soutien. La dizaine des jeunes habillés en Lacoste et chapeau blanc avec visibilité ’’Vive la Compassion ‘’ a effectué la visite dans le service de la médecine interne ainsi que celui de la chirurgie. Sous la guidance d’une infirmière de l’hôpital, ces jeunes ont donné des messages d’espoir à ces malades avant de leur laisser un peu de sucre, de savon à poudre dit Omo, de la farine… Débordant de fierté, le Coordonnateur de cette ASBL Daniel Mpezamihigo a dévoilé : « Il s’agit de la première activité de cette Organisation qui a voulu établir les relations solides avec les personnes en appel de compassion afin qu’elles se sentent non seulement en compagnie mais également que par cette présence, elles espèrent sortir de cette situation ». Avant de renchérir : « Nous le faisons avec une approche inter active, car nous estimons que c’est seulement en allant vers ceux qui en ont besoin et surtout en les écoutant, qu’on peut savoir leurs problèmes et voir comment agir. »

Appel à l’aide, S.O.S lancé !

Parmi les malades visités, se trouvent aussi ceux qui, faute d’argent ne sont pas dans des salles en matériaux durables mais mis en quarantaine dans des grandes tentes. Il faut y arriver pour comprendre leurs souffrances. Entre les deux salles de la chirurgie homme et celle des femmes se trouve une grande tente où restent des malades, une dizaine environs. Faute de moyens pour payer la facture, ils passent leurs journées et nuits dans des conditions pouvant même empirer leur situation. Sans respect de l’intimité car vivant hommes et femmes sous une seule tente avec risque d’incident d’exploitation sexuelle, ni protection des intempéries, ils ne savent à quel saint se vouer. Rencontré, un d’eux a accepté de nous donner son témoignage : Berisie Muyabo. La cinquantaine révolue a accepté de nous partager sa situation. C’est au mois de décembre 2012 qu’il a commis un accident à Ngungu pendant qu’il fuyait la guerre du M23. Il a ainsi perdu une vertèbre. Quelques temps après il a été conduit à l’hôpital à Kiroche, puis à Goma à l’hôpital Heal Africa. Paralysé d’une jambe, le médecin lui a recommandé un tricycle. Puis qu’ayant 7 enfants à nourrir, il s’est vu obligé de travailler, quelques années après, il faisait ainsi des courses en ramenant des patates douces de Sake pour les vendre à Goma. Par la suite, il s’ inscrit dans l’association de personnes vivant avec handicap pour la facilité des marchandises à la frontière de Goma et la ville voisine de Gisenyi se trouvant au Rwanda. Il y a deux mois, il est souffrant d’une grande plaie sur sa jambe paralysée. S’il se retrouve dans cette tante ce n’est pas de son gré. En effet, après qu’il soit traité, la facture à payer était de 250 $. Avec des moyens de bord, il a réussi à réaliser 40$, il lui manque donc 210$. Mais qui l’appuiera pour solder cette lourde facture de soins médicaux ? D’où son appel cordial aux personnes de bonne volonté.Signalons que Vive la Compassion ASBL est une école philanthropique œuvrant à Goma depuis 1 an. Pour faire comprendre sa vision de Compassion, cette jeune Organisation souhaite intégrer une dimension pédagogique en organisant des conférences pour solliciter plus d’adhésion à sa vision. Son bureau est situé au Marché Virunga, l’ancien bâtiment de Baraka Press.

Cette ASBL lance ainsi un appel à contribution aux personnes physiques et morales de bonne volonté pour donner un coup de main pouvant alléguer la souffrance de ces compatriotes. Comme dit une sagesse africaine, le feu brûle plus haut quand chacun y apporte son morceau de bois.

  • par Albert Isse Sivamwanza

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here